Carnaval de Dunkerque – vol.4

00.00
roule ta bosse
  • roule ta bosse
  • hymne à jean bart
  • hommage au cô
  • la visscherbende
  • les commères d'la rue d'saint gilles / t'as pas voulu chatouiller mon lézard
  • si tu veux pas que ta femme t'emmerde / Rose la poissonnière
  • et va t'en vite à la maison
  • mets ton ptit cul sur la flace / marie je t'aime / cornu mon père
  • Allume ta pipe à la pompe (ohlala j'ai perdu ma flamme)
  • Le téméraire
  • à la tienne Étienne
  • avec la femme à nèche / va laver tes yeux
  • les macaronis / donne un zô - manootche
  • qu'est ce qu'on chante en arrivant / la pinte / figueman
  • air de fifre
  • reuzelied
  • toutes les femmes i putent / y a qu'les hommes qui sintent bon
  • ah léon / la pêche à la morue / marie patate / ma tante charlotte
  • rigodon
  • si tous les veintches mettaient les culottes des moudres
  • talire taloure
  • à dunkerque
  • la carbartière

Chansons

1.
Roule ta bosse

1:38

2.
Hymne à Jean Bart / Vive les enfants d'Jean Bart

2:34

3.
Hommage au Cô
3:02
4.
La Visscherbende
2:51
5.
Les commères de la rue de St Gilles / T'as pas voulu chatouiller mon lézard
4:44
6.
Si tu veux pas que ta femme t'emmerde / Rose la poissonnière
3:38
7.
Et va t'en vite à la maison
1:36
8.
Mets ton ptit cul sur la glace / Marie je t'aime / Cornu mon père
5:54
9.
Allume ta pipe à la pompe (Ohlala j'ai perdu ma flamme)
1:28
10.
Le téméraire
3:28
11.
À la tienne Etienne
1:34
12.
Avec la Femme à Nèche / Va laver tes yeux
3:09
13.
Les Macaronis / Donne un Zô - Manootche
1:32
14.
Qu'est ce qu'on chante en arrivant / La pinte / Figueman
5:13
17.
Toutes les femmes i putent / Y a qu'les hommes qui sintent bon
1:34
18.
Ah Léon / La pêche à la morue / Marie Patate - Ma tante Charlotte
3:58
20.
Si tous les veintches mettaient les culottes des moudres
2:44
21.
Talire Taloure
1:20
23.
La Cabartière
1:21

DISPONIBLE SUR :

Partager via :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur linkedin
Partager sur email

À propos de l'album

Artiste : Le carnaval Dunkerquois

Date de sortie d’origine : 26 janvier 2012

Date de sortie: 26 janvier 2012

Label: Aprad

Copyright: ℗ Aprad © Babaorum Production

Durée totale: 59:43

Genres: Variété française

Paroles :

Jean Bart, Jean Bart,
Salut à ta mémoire,
De tes exploits tu remplis l’univers,
Ton seul aspect commandait la Victoire,
Et sans rival tu régnas sur les mers, 
Jusqu’au tombeau France Mère adorée,
Jalouse et fière d’imiter ta valeur, 
Nous défendrons ta bannière sacrée,
Sur l’océan qui fut ton champs d’honneur,
Sur l’océan qui fut ton champs d’honneur.

Jean Bart, Jean Bart,
La voix de la Patrie,
Redit ta gloire et ton nom immortel
Et la cité qui te donna la vie,
Érigera ta statue en autel,
Érigera ta statue en autel.


Vive les enfants de Jean Bart, ce sont de fameux gaillards,
Pour les fêtes et pour les bals du Carnaval !
Vive les enfants de Jean Bart, ce sont de fameux gaillards,
Pour les fêtes et pour les bals du Carnaval !

Salut à Co Pinard, salut à ta mémoire,
Là-haut, tout près d’Jean Bart, c’est ta gloire,
Tant d’années à nous guider, tant de masques à aimer,
A c’t’heur’ nous voilà tous en pleurs.

Sû’Dunkerque, on fait la Visschersbende
En souv’nir des pêcheurs en Islande
Ribouldingue, teutres et bonnes pintes de bière
Potcheroll’ à rouler sa gamelle par terre.
Berguenaere fixé en haut d’un stok’che
Qui chôle toute l’année dans l’nouckt’che d’un kot’che
Clèt’che en flèpes causes d’avoir fait trop d’beurt’ches
Mule en spript’chepap qui fiche la trouille aux creut’ches
Dans la bande, du pénelècre au ript’che-rapt’che
I’ sont cleut’se, tous ensemble i’ font mât’che
I’ saquent n’dans, derrière, devant
l’chantent les mêmes chansons
Au premier rang, i’faut avoir un rud’peute
Pou’ret’nir tous ceux qui poussent à leur preute
La musique en ciré, bât’che rayé
Cô-Schlock d’vant en grenadier
Les chasses-nèches pour les protéger
Et empêcher les masques d’avancer
Y’a Jean-Bart en haut d’son zelt’che
Astiqué au brillant belge
Et just’ un m’tit peu plus bas
La famille à Reuze-Papa
Le klokespel de la tour
I’ joue pou’ les masquelours
Et sû’ le kiosque y’a un krampeut’
Qui roun’que pou’ les lapeteutes
Et, d’la mairie ; une bande de picheleules
Balance des klippers pou’faire un smeule
Y’a du leut’che, la bringue dans les chapelles
Et y’en a même qui s’amusent à cat’chespèle
L’figueman derrière son mulebat’che
Son deckeneuse, son zwektche, son platche
Au bal, un nècheprout’catelame
Sort du Kursaal faire une fusée dans la traille
Dans la bande, du pénelècre au ript’che-rapt’che
I’ sont cleut’se, tous ensemble i’ font mât’che
I’ saquent n’dans, derrière, devant
l’chantent les mêmes chansons
Sû’Dunkerque, pour faire la Visschersbende
En souv’nir des pêcheurs en Islande
I’faut pas être kloppe des pieds
Faut savoir driver et schnicker
Et surtout avoir la santé
Ou à ta chute t’as qu’à rester !

Toutes les commères d’la rue d’Saint Gilles,
ça c’est des gens qui s’font pas d’bile,
al’ sont toujours en train d’blaguer, en train d’blaguer,
Assises sur l’banc des accusés, des accusés !

L’débit d’tabac c’est la cantine, pour les commères d’la rue d’Saint Gilles,
Elles sortent toujours leur tabatière, leur tabatière,
Et voilà l’histoire des commères !

Pendant que les hommes sont partis à l’ouvrage,
elles passent leur temps à moudre du café,
Pendant que les hommes sont partis à l’ouvrage,
Les femmes s’amusent à moudre du café.

C’est la première fois, c’est la dernière fois,
Plus jamais, plus jamais, elle aura ça d’moi,
C’est la première fois, c’est la dernière fois,
Plus jamais, plus jamais, elle aura ça d’moi.

Oh la la, les femmes elles font la noce,
Oh la c’est tout’ une bande de rosses…
Oh la la, les femmes elles font la noce,
Les hommes à la maison pour soigner les enfants.

La musique à papa (eh oh), la musique à papa (eh oh),
la musique à papa fait plaisir à maman !
La musique à papa (eh oh), la musique à papa (eh oh),
la musique à papa fait plaisir à maman !

Et elle aime bien son père, et elle aime bien sa mère,
Elle aime bien son cousin et son cousin germain,
Et elle aime bien son père, et elle aime bien sa mère,
Mais c’lui qu’elle préfère c’est sont p’tit frère. 

Wiche, wiche, wiche, wiche, viens jouer avec mon wiche,
Cinq minutes c’est pas longtemps et puis mon wiche, mon wiche i s’ra content.

Elle n’a jamais jamais connu l’amour,
Elle sait même pas c’que c’est qu’un pichelour.

Wiche, wiche, wiche, wiche, viens jouer avec mon wiche,
Cinq minutes c’est pas longtemps et puis mon wiche, mon wiche i s’ra content.

Ma belle mère elle a fait voir son cul,
Sacré nom de dieu qu’il était large,
Ma belle mère elle a fait voir son cul,
Sacré nom de dieu qu’il était large, son cul !

T’as pas voulu chatouiller mon lézard,
T’auras pas minette, t’auras pas minette.
T’as pas voulu chatouiller mon lézard,
T’auras pas minette, t’auras pas minette ce soir.

T’as pas voulu chatouiller mon lézard,
T’auras pas minette, t’auras pas minette.
T’as pas voulu chatouiller mon lézard,
T’auras pas minette, t’auras pas minette ce soir.

Ca va, ça vient,
Ca fait du bien,
Ca rentre, ça sort,
Ca fait ressort,
En avant la musique,
C’est vraiment magnifique,
Toujours présent pou’l’rentrer n’dans,
Jamais pressé pou’l’retirer.


VARIANTE

En Italie on pisse dans l’lit, en Angleterre on pisse par terre,
Mais chez nous en France, ça n’a pas d’importance.

En Italie on pisse dans l’lit, en Angleterre on pisse par terre,
Mais chez nous en France, ça n’a pas d’importance.

Est-ce que t’as pas vu la bande,
Est-ce que t’as pas vu la bande,
Est-ce que t’as pas vu la bande,
Elle est chez Stanche, elle est chez Stanche.

Si tu veux pas qu’ta femme t’emmerde n’te marie pas, n’te marie pas,
Si tu veux pas qu’ta femme t’emmerde n’te marie pas, elle t’emmerdera pas !

Ell’ te fera cocu,
Ell’ te foutra des coups d’poings sur la gueule,
Ell’ te fera cocu,
Ell’ te foutra des coups d’pieds dans ton cul !

Si tu veux pas qu’ta femme t’emmerde n’te marie pas, n’te marie pas,
Si tu veux pas qu’ta femme t’emmerde n’te marie pas, elle t’emmerdera pas !

La cabaretière fais nous crédit, on te paiera tous ça samedi, 
Si tu veux pas, m’donner à boire, on va t’choler dans ton comptoir,
À la piqure, tout l’monde l’endure, le plus veinard c’est Cô Pinard,
Qu’il rentre tôt, qu’il rentre tard, il boit toujours son verre d’pinard.

Rose la poissonnière, elle écorchait les raies, oh eh oh eh,
Elle les vendait si chères que personne n’en voulait, oh eh oh eh,
Et Rose et Rose et Rosalie c’est ma bonne amie. 

Nous habitons là-haut là-haut, pas au premier mais au sixième,
Il y fait froid, il y fait chaud car à toutes saisons l’on s’aime,
Tout près du ciel, on vit heureux accordez-vous jeune ménage,
C’est un ménage d’amoureux, pas au premier mais au sixième étage.

Come nie mee, come nie mee,
Come nie mee, nae boven ?

Stan, stan, stan,
Mon père il est soldat, Il est chasseur à ch’val(e),
Et moi j’m’en fiche pas mal(e),
Stan, stan, stan,
Mon père il est soldat Il est chasseur à Lille,
Et moi j’me fais pas d’bile.

Elle a perdu son pantalon, sa ch’mise et sa combinaison,
Elle a perdu ses bas et son soutien-gorge,
Ses froufous, sa culotte sû l’pont Saint Georges,
Elle a perdu son berguenard, en revenant des Zwatelaeres,
Comme elle a tout perdu, tout l’monde peut voir son cul,
Allons dépêchez-vous pour voir ce trou, v’là tout.

Mets ton p’tit cul sur la glace, 
Mets ton p’tit cul sur la glace, 
Ton p’tit cul, ton p’tit cul, 
Ton p’tit cul tout nu !

Marie, Marie, Marie je t’aime c’est pour la vie,
Et quand on s’aime, y’a pas d’problème,
Mais ton doigt dans l’trou d’mon cul Ça sent la rose,
Allons y allons y tout simplement.

Ah ah ah ah Léon il a dans son kanneçon un joli saucisson,
Ah ah ah ah Louise elle a dans sa chemise une jolie boîte à prise.

On dit qu’Dunkerque est mort, mironton, mironton, mirontaine,
On dit qu’Dunkerque est mort, est mort et enterré, mais c’est pas vrai.

Ah il fallait pas, il fallait pas qu’il aille, ah il fallait pas il fallait pas y aller,
Ah il fallait pas, il fallait pas qu’il aille, ah il fallait pas il fallait pas y aller !

Cent sous d’beultekaze un cannt’che d’pain et un oignon,
Et on fait réveillon, et on fait réveillon,
Cent sous d’beultekaze un cannt’che d’pain,
Et un oignon et on fait réveillon !

Va laver tes pieds, tu vas salir les draps d’mon lit, 
Chère ma bonne amie, chère ma bonne amie,
Va laver tes pieds, tu vas salir les draps d’mon lit, 
Chère ma bonne amie, chère ma bonne amie.

Toutes les femmes y putent, et les hommes y sentent bon,
Toutes les femmes y putent, et les hommes y sentent bon !

L’amour c’est comm’ de la salade, ça rend les gens bien malades,
L’amour c’est un plaisir quand on sait s’en servir,
L’amour c’est si bon, c’est si tendre, c’est s’lon la façon de s’y prendre,
Ca fait parfois sourire mais ça fait pas mourir.

Aïe, aïe, aïe, mon port’monnaie, Il a les reins cassés,
Et on n’peut plus l’raccomoder.

Mets ta main sû l’sac,
Mets ta main sû l’sac à pain,
Tu verras ça fait du bien,
Mets ta main sû l’sac,
Mets ta main sû l’saucisson,
Tu verras comme il est bon.

Ben qu’est ça dit…

Rosalie,
t’as pissé dans ton lit,
tu n’es pas honteuse, pisseuse, pisseuse,
Rosalie,
t’as pissé dans ton lit,
tu n’es pas honteuse, pisseuse, piss’au lit.

Cornu, cornu mon père,
Cornue, cornue ma mère,
Si mon père est cornu,
C’est qu’ma mère l’a voulu,
Cornue, cornue ma mère.
Cornu, cornu mon père
Si ma mère est cornue
C’est qu’mon père l’a voulu

N’achètes plus d’allumettes, un p’tit briquet c’est bin plus chouette,
La flamme c’est d’la réclame, une p’tite pression sur le bouton

Et quand on s’aime y’a pas d’problème, mais ton doigt dans l’trou d’mon cul,
Ca sent la rose, allons-y, allons-y tout simplement.

Où irons-nous le mercredi des cendres ? À Rosendaël ou bien chez Fricoto !
Au rendez-vous, c’est là qu’on se rassemble,
Pour boire un coup et manger un morceau, oh oh oh
Chantons tous ensemble ce joyeux signal,
Ce qui nous rassemble pour le Carnaval,
Vive les enfants de Jean Bart, ce sont de fameux gaillards,
Pour les fêtes et pour les bals du Carnaval !
Vive les enfants de Jean Bart, ce sont de fameux gaillards,
Pour les fêtes et pour les bals du Carnaval !

La bibine de chez Zizine, nous faisait pas mal au foie,
Regardez moi j’ai bonne mine et avant que je buvais qu’ça.

Tiens voilà la quille, c’est pas pour les bleus nom de Dieu, 
Tiens voilà la quille, c’est pour les anciens.

VARIANTE

La fumée de nos usines, nous rend tous tuberculeux, 
On s’en fout on a bonne mine, on est des carnavaleux.

Tiens voilà la quille, c’est pas pour les bleus nom de Dieu, 
Tiens voilà la quille, c’est pour les anciens.

Le meilleur des fromages c’est la Vache qui rit,
Quand la vache est malade, le fromage est pourri !

A la tienne Etienne, à la tienne mon vieux,
sans ces garces de femme
nous serions tous des frères
A la tienne Etienne, à la tienne mon vieux,
sans ces garces de femme
nous serions tous heureux.

Avec la femme à Nèche on a bien rigolé,
Elle a montré ses tetches, on a bu tout son lait.
Avec la femme à Nèche on a bien rigolé,
Elle a sucé mon wiche, elle a tout dégueulé.

Une distribution d’podingue,
Ah quelle bringue ! Ah quelle bringue !
Et on ira sû sû’l’sable fin,
Avec not’zweckt’che dans not’ main,
Une distribution d’podingue,
Ah quelle brigue ! Ah quelle bringue !
On est rentré que le lend’main,
Avec not’zweckt’che dans not’main.

Mademoiselle voulez-vous danser le cake walk, le cakewalk,
Mademoiselle voulez-vous danser, le cake walk va commencer.

Va laver tes yeux avec du podingue, t’auras des corinthes à ton cul. Va laver tes yeux avec du podingue, t’auras des corinthes à ton cul.

Ah c’qu’ils sont bons quand ils sont cuits les macaronis,
Les macaronis, les macaronis,
Ah c’qu’ils sont bons quand ils sont cuits les macaronis,
Les macaronis quand ils sont cuits,

Ah c’qu’il est beau quand t’es au lit ton macaroni,
Ton macaroni, ton macaroni,
Ah c’qu’il est beau quand t’es au lit ton macaroni,
Ton macaroni, quand t’es au lit.

Donne un zô à ton oncle cô qui r’vient d’Islande,
De son wame t’auras un morceau s’il est bien tendre.
Donne un zô à ton oncle cô qui r’vient d’Islande,
De son wame t’auras un morceau s’il est bien tendre.

As-tu connu ma noot’che, ça c’est un beau p’tit coôtche,
Elle a cassé sa jambe de bois sur l’peristyle de Saint-Eloi.

Qu’est ce qu’on chante en arrivant,
Ici là n’dans, et arrivant,
Des chansons de masqueloure,
De toureloure, de picheloure.

Qu’est ce qui fait qu’on sue tout l’temps même quand I’ fait pas chaud,
Qu’est ce qui fait qu’j’ai un gros buc même si j’mange pas d’fayots,
Qu’est ce qui fait qu’on bave Su’l’oreiller même quand on dort,
Et quand on s’réveille on voit son foie qui est tout déyors,
La pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte,
La pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte.
Qu’est ce qui fait qu’ma femme elle fait la gueule quand euj’ l’embrasse
Et pourquoi tous les matins elle m’réveille à coups d’masse
Et qu’alors j’ai la tête qui résonne comme un tambour
C’est pas l’eau d’Vichy, j’crois plutôt qu’c’est la Kronenbourg
La pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte
La pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte.

Quand la clique elle donne(ter),
Quand la clique elle donne(ter),
Ca résonne dans mon buc et puis dans tout mon corps,
J’ai mes boyaux qui s’nouent et j’vomis tout déyors,
J’trouve pus l’air d’mes poumons, j’suis moitié comme pas bien,
Mes jambes elles courent toutes seules, elles vont là d’où qu’ça vient,
Quand la clique elle donne(ter),
Quand la clique elle donne(ter),
Mon chapeau part à droite à gauche devant derrière,
Mes gants i’suent des gouttes eud’ ma peau à travers,
J’ai mon dos qui fait crac et mon pépin qui couine,
J’ai une haleine de traille, une langue comme une tartine.
Quand la clique elle donne(ter),
Quand la clique elle donne(ter).

Quand j’s’rai trop vieux, que j’pourrai p’us arquer,
Quand qu’j’rai p’us bons qu’à faire la bandes sû’l’côté,
Quand les masqueloures qui sont sans pitié,
D’un coup d’cul au fin fond de la bande m’enverront dinguer,
Avec un manche et un wamme,
Je f’rai figue , figue , figueman,
Pour avoir l’air moins con avec mon bâton,
J’emmerd’rai les côot’ches, j’leur f’rai sucer mon p’tit poisson,
Quand mon pagne i’s’ra plein d’copespèles,
Quand mon bât’che i’s’ra plein d’trous comme d’la dentelle,
Quand mes gants à force d’renverser l’whisky,
I’z’auront p’us d’doigt comme les mitaines à Stablinsky,
Avec un manche et un wamme,
Je f’rai figue , figue , figueman,
Pour avoir l’air moins con avec mon bâton,
J’emmerd’rai les côot’ches, j’leur f’rai sucer mon m’p’tit poisson,

C’est la bande de la citadelle,
On va rentrer complètement plein,
De chez Zizine à chez Borel,
On va chanter ce gai refrain,
Avant de fermer les paupières,
Viens donc boire une dernière bière
Si tu passe par la citadelle,
Le jour où la bande bat son plein,
Tu iras d’bistrots en chapelles,
Tu n’rentreras qu’au p’tit matin,
Avant de fermer les paupières,
Viens donc boire une dernière bière,
Puis tu t’arrêtras au Searnen’s,
Pour déjeuner d’un bet’che eud’pain,
Reprendre des forces pour Rosendaël,
On va rpéter un carnaval,
On vient pas pour faire des manière,
Alors met ton clet’che et viens boire un verre,
C’est la bande de la citadelle,
On va rentrer complètement plein,
De chez Zizine à chez Borel,
On va chanter ce gai refrain,
Avant de fermer les paupières,
Viens donc boire une dernière bière.

Als de groote klokke luyd, de klokke luyd,
De Reuze komt uyt,
Keere u e’s om, de Reuze, de Reuze,
Keere u e’s om Reuze kom,
Moeder onsteeckt’t beeste bier, ‘t beeste bier,
De reuze is hier,
Keere u e’s om, de Reuze, de Reuze
Keere u e’s om Reuze kom
Als den boer, zyn poeper opstak, zyn bellege kloenk
Zyn Zakje sproeng
Keere u e’s om, de Reuze, de Reuze
Keere u e’s om Reuze kom

Raymonde elle a un gros derrière,
Elle a aussi un sacré d’vant,
Tout l’monde i’ dit que c’est la bière,
Qu’elle était pas comme ça avant,
Dans l’temps c’était pas une belle fire,
On disait: « Tiens ! Bah v’là Raymonde »,
Asteur, avec c’quelle schnike c’est pire,
On dit: « Tiens v’là la grosse Raymonde »

Un coup qu’elle était criminelle, elle a été rouler son corps ;
Et c’était pas une n’tite gamelle, tout l’monde croyait qu’elle était mort.
On l’a porté à l’hôpital, y’avit Cô-Pinard en pompier,
Lui i’rev’nait du carnaval, il était encore instalé.

Ah si vous voulez d’l’amour, n’attendez pas un jour,
Prenez l’bonheur qui passe,
Profitez du moment,
Car voici le printemps,
Allons dépêchez-vous, ou ça n’s’ra pas pour vous! Vl’a tout!

Ah ah ah ah Léon il a dans son kanneçon un joli saucisson,
Ah ah ah ah Louise elle a dans sa chemise une jolie boîte à prise.

Ah c’qu’elle est courue la pêche la pêche,
Ah c’qu’elle est courue la pêche à la morue.
Ah c’qu’elle est courue la pêche la pêche,
Ah c’qu’elle est courue la pêche à la morue.

Qu’est-ce qui darre, c’est Jean Bart, parce qu’il a pas pu descendre pour pisser,
Qu’est-ce qui darre, c’est Jean Bart, parce qu’il a pas pu descendre pour pisser !

Mets ton beste clêt’che on va faire un beurt’che,
On ira aux claqu’, aux claqu’ aux claquebeusses,
Mets ton beste clêt’che on va faire un beurt’che,
On ira aux claqu’, aux claqu’ aux claquebeusses !

Ah c’qu’il a l’air bête celui-là, Ah c’qu’il a l’air bête,
Ah c’qu’il a l’air bête celui-là, Ah c’qu’il a l’air bête !

Marie Patate elle a son cul plein d’merde, c’est pas vrai elle l’a lavé,
Marie Patate elle a son cul plein d’merde, c’est pas vrai ! elle l’a lavé.

Si tu veux faire mon bonheur, Marguerite, Marguerite,
Si tu veux faire mon bonheur, Marguerite donne-moi ton cœur,
Marguerite a répondu, si t’es sage, si t’es sage,
Marguerite a répondu si t’es sage, t’auras mon cul.

Elle a de grosses tototes ma tant’ Charlotte,
Il a un gros cigare mon oncle Edouard,
Elle a de belles fesses ma tante Agnès,
Elle a de belles cuisses ma tante Alice.

Allons douc’ment, sans trop presser l’mouv’ment,
C’est palpitant et ça dure plus longtemps !

Si tous les veint’ches mettaient les culottes des moudres,
Y’en a qui auraient eul’ cul comme un dé à coudre,
Y’en a qui auraient la marque de l’élastique,
Et le nart’che pet’che en forme d’as de pique,
Si tous les moudres mettaient les broucks des veint’ches,
I’aurait du pisse et du kake jusqu’à leur keint’che,
Si tout le monde mettaient des têttecarioles,
On dirait qu’à Dunkerque i’sont dev’nus tioles !

Chantal t’as mis ton doigt dans mon trou d’balle,
Et ça m’fait mal et c’est normal,
Chantal t’as mis ton doigt dans mon trou d’balle,
Et ça m’fait mal et c’est normal,

 

VARIANTE

Chantal t’as mis ton doigt dans mon trou d’balle,
C’est pas normal, tu me dois cent balles.

Chantal t’as pris mon wiche pour c’lui d’un ch’val,
Ca t’a fait mal, aux amygdales. 

Les zins, les zins, les z’Indépendants,
Les zins zins zins,
Les dés dés dés,
Les pen pen pen,
Les dants dants dants,
Les z’Indépendants I’vous emmerdent depuis longtemps.

00.00
roule ta bosse
  • roule ta bosse
  • hymne à jean bart
  • hommage au cô
  • la visscherbende
  • les commères d'la rue d'saint gilles / t'as pas voulu chatouiller mon lézard
  • si tu veux pas que ta femme t'emmerde / Rose la poissonnière
  • et va t'en vite à la maison
  • mets ton ptit cul sur la flace / marie je t'aime / cornu mon père
  • Allume ta pipe à la pompe (ohlala j'ai perdu ma flamme)
  • Le téméraire
  • à la tienne Étienne
  • avec la femme à nèche / va laver tes yeux
  • les macaronis / donne un zô - manootche
  • qu'est ce qu'on chante en arrivant / la pinte / figueman
  • air de fifre
  • reuzelied
  • toutes les femmes i putent / y a qu'les hommes qui sintent bon
  • ah léon / la pêche à la morue / marie patate / ma tante charlotte
  • rigodon
  • si tous les veintches mettaient les culottes des moudres
  • talire taloure
  • à dunkerque
  • la carbartière

À propos de l'album

Artiste : Le carnaval Dunkerquois

Date de sortie d’origine : 26 janvier 2012

Date de sortie: 26 janvier 2012

Label: Aprad

Copyright: ℗ Aprad © Babaorum Production

Durée totale: 59:43

Genres: Variété française

Chansons & Paroles

1.
Roule ta bosse

1:38

2.
Hymne à Jean Bart / Vive les enfants d'Jean Bart

2:34

Jean Bart, Jean Bart,
Salut à ta mémoire,
De tes exploits tu remplis l’univers,
Ton seul aspect commandait la Victoire,
Et sans rival tu régnas sur les mers, 
Jusqu’au tombeau France Mère adorée,
Jalouse et fière d’imiter ta valeur, 
Nous défendrons ta bannière sacrée,
Sur l’océan qui fut ton champs d’honneur,
Sur l’océan qui fut ton champs d’honneur.

Jean Bart, Jean Bart,
La voix de la Patrie,
Redit ta gloire et ton nom immortel
Et la cité qui te donna la vie,
Érigera ta statue en autel,
Érigera ta statue en autel.


Vive les enfants de Jean Bart, ce sont de fameux gaillards,
Pour les fêtes et pour les bals du Carnaval !
Vive les enfants de Jean Bart, ce sont de fameux gaillards,
Pour les fêtes et pour les bals du Carnaval !

3.
Hommage au Cô
3:02

Salut à Co Pinard, salut à ta mémoire,
Là-haut, tout près d’Jean Bart, c’est ta gloire,
Tant d’années à nous guider, tant de masques à aimer,
A c’t’heur’ nous voilà tous en pleurs.

4.
La Visscherbende
2:51

Sû’Dunkerque, on fait la Visschersbende
En souv’nir des pêcheurs en Islande
Ribouldingue, teutres et bonnes pintes de bière
Potcheroll’ à rouler sa gamelle par terre.
Berguenaere fixé en haut d’un stok’che
Qui chôle toute l’année dans l’nouckt’che d’un kot’che
Clèt’che en flèpes causes d’avoir fait trop d’beurt’ches
Mule en spript’chepap qui fiche la trouille aux creut’ches
Dans la bande, du pénelècre au ript’che-rapt’che
I’ sont cleut’se, tous ensemble i’ font mât’che
I’ saquent n’dans, derrière, devant
l’chantent les mêmes chansons
Au premier rang, i’faut avoir un rud’peute
Pou’ret’nir tous ceux qui poussent à leur preute
La musique en ciré, bât’che rayé
Cô-Schlock d’vant en grenadier
Les chasses-nèches pour les protéger
Et empêcher les masques d’avancer
Y’a Jean-Bart en haut d’son zelt’che
Astiqué au brillant belge
Et just’ un m’tit peu plus bas
La famille à Reuze-Papa
Le klokespel de la tour
I’ joue pou’ les masquelours
Et sû’ le kiosque y’a un krampeut’
Qui roun’que pou’ les lapeteutes
Et, d’la mairie ; une bande de picheleules
Balance des klippers pou’faire un smeule
Y’a du leut’che, la bringue dans les chapelles
Et y’en a même qui s’amusent à cat’chespèle
L’figueman derrière son mulebat’che
Son deckeneuse, son zwektche, son platche
Au bal, un nècheprout’catelame
Sort du Kursaal faire une fusée dans la traille
Dans la bande, du pénelècre au ript’che-rapt’che
I’ sont cleut’se, tous ensemble i’ font mât’che
I’ saquent n’dans, derrière, devant
l’chantent les mêmes chansons
Sû’Dunkerque, pour faire la Visschersbende
En souv’nir des pêcheurs en Islande
I’faut pas être kloppe des pieds
Faut savoir driver et schnicker
Et surtout avoir la santé
Ou à ta chute t’as qu’à rester !

5.
Les commères de la rue de St Gilles / T'as pas voulu chatouiller mon lézard
4:44

Toutes les commères d’la rue d’Saint Gilles,
ça c’est des gens qui s’font pas d’bile,
al’ sont toujours en train d’blaguer, en train d’blaguer,
Assises sur l’banc des accusés, des accusés !

L’débit d’tabac c’est la cantine, pour les commères d’la rue d’Saint Gilles,
Elles sortent toujours leur tabatière, leur tabatière,
Et voilà l’histoire des commères !

Pendant que les hommes sont partis à l’ouvrage,
elles passent leur temps à moudre du café,
Pendant que les hommes sont partis à l’ouvrage,
Les femmes s’amusent à moudre du café.

C’est la première fois, c’est la dernière fois,
Plus jamais, plus jamais, elle aura ça d’moi,
C’est la première fois, c’est la dernière fois,
Plus jamais, plus jamais, elle aura ça d’moi.

Oh la la, les femmes elles font la noce,
Oh la c’est tout’ une bande de rosses…
Oh la la, les femmes elles font la noce,
Les hommes à la maison pour soigner les enfants.

La musique à papa (eh oh), la musique à papa (eh oh),
la musique à papa fait plaisir à maman !
La musique à papa (eh oh), la musique à papa (eh oh),
la musique à papa fait plaisir à maman !

Et elle aime bien son père, et elle aime bien sa mère,
Elle aime bien son cousin et son cousin germain,
Et elle aime bien son père, et elle aime bien sa mère,
Mais c’lui qu’elle préfère c’est sont p’tit frère. 

Wiche, wiche, wiche, wiche, viens jouer avec mon wiche,
Cinq minutes c’est pas longtemps et puis mon wiche, mon wiche i s’ra content.

Elle n’a jamais jamais connu l’amour,
Elle sait même pas c’que c’est qu’un pichelour.

Wiche, wiche, wiche, wiche, viens jouer avec mon wiche,
Cinq minutes c’est pas longtemps et puis mon wiche, mon wiche i s’ra content.

Ma belle mère elle a fait voir son cul,
Sacré nom de dieu qu’il était large,
Ma belle mère elle a fait voir son cul,
Sacré nom de dieu qu’il était large, son cul !

T’as pas voulu chatouiller mon lézard,
T’auras pas minette, t’auras pas minette.
T’as pas voulu chatouiller mon lézard,
T’auras pas minette, t’auras pas minette ce soir.

T’as pas voulu chatouiller mon lézard,
T’auras pas minette, t’auras pas minette.
T’as pas voulu chatouiller mon lézard,
T’auras pas minette, t’auras pas minette ce soir.

6.
Si tu veux pas que ta femme t'emmerde / Rose la poissonnière
3:38

Ca va, ça vient,
Ca fait du bien,
Ca rentre, ça sort,
Ca fait ressort,
En avant la musique,
C’est vraiment magnifique,
Toujours présent pou’l’rentrer n’dans,
Jamais pressé pou’l’retirer.


VARIANTE

En Italie on pisse dans l’lit, en Angleterre on pisse par terre,
Mais chez nous en France, ça n’a pas d’importance.

En Italie on pisse dans l’lit, en Angleterre on pisse par terre,
Mais chez nous en France, ça n’a pas d’importance.

Est-ce que t’as pas vu la bande,
Est-ce que t’as pas vu la bande,
Est-ce que t’as pas vu la bande,
Elle est chez Stanche, elle est chez Stanche.

Si tu veux pas qu’ta femme t’emmerde n’te marie pas, n’te marie pas,
Si tu veux pas qu’ta femme t’emmerde n’te marie pas, elle t’emmerdera pas !

Ell’ te fera cocu,
Ell’ te foutra des coups d’poings sur la gueule,
Ell’ te fera cocu,
Ell’ te foutra des coups d’pieds dans ton cul !

Si tu veux pas qu’ta femme t’emmerde n’te marie pas, n’te marie pas,
Si tu veux pas qu’ta femme t’emmerde n’te marie pas, elle t’emmerdera pas !

La cabaretière fais nous crédit, on te paiera tous ça samedi, 
Si tu veux pas, m’donner à boire, on va t’choler dans ton comptoir,
À la piqure, tout l’monde l’endure, le plus veinard c’est Cô Pinard,
Qu’il rentre tôt, qu’il rentre tard, il boit toujours son verre d’pinard.

Rose la poissonnière, elle écorchait les raies, oh eh oh eh,
Elle les vendait si chères que personne n’en voulait, oh eh oh eh,
Et Rose et Rose et Rosalie c’est ma bonne amie. 

Nous habitons là-haut là-haut, pas au premier mais au sixième,
Il y fait froid, il y fait chaud car à toutes saisons l’on s’aime,
Tout près du ciel, on vit heureux accordez-vous jeune ménage,
C’est un ménage d’amoureux, pas au premier mais au sixième étage.

Come nie mee, come nie mee,
Come nie mee, nae boven ?

Stan, stan, stan,
Mon père il est soldat, Il est chasseur à ch’val(e),
Et moi j’m’en fiche pas mal(e),
Stan, stan, stan,
Mon père il est soldat Il est chasseur à Lille,
Et moi j’me fais pas d’bile.

Elle a perdu son pantalon, sa ch’mise et sa combinaison,
Elle a perdu ses bas et son soutien-gorge,
Ses froufous, sa culotte sû l’pont Saint Georges,
Elle a perdu son berguenard, en revenant des Zwatelaeres,
Comme elle a tout perdu, tout l’monde peut voir son cul,
Allons dépêchez-vous pour voir ce trou, v’là tout.

7.
Et va t'en vite à la maison
1:36
8.
Mets ton ptit cul sur la glace / Marie je t'aime / Cornu mon père
5:54

Mets ton p’tit cul sur la glace, 
Mets ton p’tit cul sur la glace, 
Ton p’tit cul, ton p’tit cul, 
Ton p’tit cul tout nu !

Marie, Marie, Marie je t’aime c’est pour la vie,
Et quand on s’aime, y’a pas d’problème,
Mais ton doigt dans l’trou d’mon cul Ça sent la rose,
Allons y allons y tout simplement.

Ah ah ah ah Léon il a dans son kanneçon un joli saucisson,
Ah ah ah ah Louise elle a dans sa chemise une jolie boîte à prise.

On dit qu’Dunkerque est mort, mironton, mironton, mirontaine,
On dit qu’Dunkerque est mort, est mort et enterré, mais c’est pas vrai.

Ah il fallait pas, il fallait pas qu’il aille, ah il fallait pas il fallait pas y aller,
Ah il fallait pas, il fallait pas qu’il aille, ah il fallait pas il fallait pas y aller !

Cent sous d’beultekaze un cannt’che d’pain et un oignon,
Et on fait réveillon, et on fait réveillon,
Cent sous d’beultekaze un cannt’che d’pain,
Et un oignon et on fait réveillon !

Va laver tes pieds, tu vas salir les draps d’mon lit, 
Chère ma bonne amie, chère ma bonne amie,
Va laver tes pieds, tu vas salir les draps d’mon lit, 
Chère ma bonne amie, chère ma bonne amie.

Toutes les femmes y putent, et les hommes y sentent bon,
Toutes les femmes y putent, et les hommes y sentent bon !

L’amour c’est comm’ de la salade, ça rend les gens bien malades,
L’amour c’est un plaisir quand on sait s’en servir,
L’amour c’est si bon, c’est si tendre, c’est s’lon la façon de s’y prendre,
Ca fait parfois sourire mais ça fait pas mourir.

Aïe, aïe, aïe, mon port’monnaie, Il a les reins cassés,
Et on n’peut plus l’raccomoder.

Mets ta main sû l’sac,
Mets ta main sû l’sac à pain,
Tu verras ça fait du bien,
Mets ta main sû l’sac,
Mets ta main sû l’saucisson,
Tu verras comme il est bon.

Ben qu’est ça dit…

Rosalie,
t’as pissé dans ton lit,
tu n’es pas honteuse, pisseuse, pisseuse,
Rosalie,
t’as pissé dans ton lit,
tu n’es pas honteuse, pisseuse, piss’au lit.

Cornu, cornu mon père,
Cornue, cornue ma mère,
Si mon père est cornu,
C’est qu’ma mère l’a voulu,
Cornue, cornue ma mère.
Cornu, cornu mon père
Si ma mère est cornue
C’est qu’mon père l’a voulu

N’achètes plus d’allumettes, un p’tit briquet c’est bin plus chouette,
La flamme c’est d’la réclame, une p’tite pression sur le bouton

Et quand on s’aime y’a pas d’problème, mais ton doigt dans l’trou d’mon cul,
Ca sent la rose, allons-y, allons-y tout simplement.

Où irons-nous le mercredi des cendres ? À Rosendaël ou bien chez Fricoto !
Au rendez-vous, c’est là qu’on se rassemble,
Pour boire un coup et manger un morceau, oh oh oh
Chantons tous ensemble ce joyeux signal,
Ce qui nous rassemble pour le Carnaval,
Vive les enfants de Jean Bart, ce sont de fameux gaillards,
Pour les fêtes et pour les bals du Carnaval !
Vive les enfants de Jean Bart, ce sont de fameux gaillards,
Pour les fêtes et pour les bals du Carnaval !

9.
Allume ta pipe à la pompe (Ohlala j'ai perdu ma flamme)
1:28
10.
Le téméraire
3:28

La bibine de chez Zizine, nous faisait pas mal au foie,
Regardez moi j’ai bonne mine et avant que je buvais qu’ça.

Tiens voilà la quille, c’est pas pour les bleus nom de Dieu, 
Tiens voilà la quille, c’est pour les anciens.

VARIANTE

La fumée de nos usines, nous rend tous tuberculeux, 
On s’en fout on a bonne mine, on est des carnavaleux.

Tiens voilà la quille, c’est pas pour les bleus nom de Dieu, 
Tiens voilà la quille, c’est pour les anciens.

Le meilleur des fromages c’est la Vache qui rit,
Quand la vache est malade, le fromage est pourri !

11.
À la tienne Etienne
1:34

A la tienne Etienne, à la tienne mon vieux,
sans ces garces de femme
nous serions tous des frères
A la tienne Etienne, à la tienne mon vieux,
sans ces garces de femme
nous serions tous heureux.

12.
Avec la Femme à Nèche / Va laver tes yeux
3:09

Avec la femme à Nèche on a bien rigolé,
Elle a montré ses tetches, on a bu tout son lait.
Avec la femme à Nèche on a bien rigolé,
Elle a sucé mon wiche, elle a tout dégueulé.

Une distribution d’podingue,
Ah quelle bringue ! Ah quelle bringue !
Et on ira sû sû’l’sable fin,
Avec not’zweckt’che dans not’ main,
Une distribution d’podingue,
Ah quelle brigue ! Ah quelle bringue !
On est rentré que le lend’main,
Avec not’zweckt’che dans not’main.

Mademoiselle voulez-vous danser le cake walk, le cakewalk,
Mademoiselle voulez-vous danser, le cake walk va commencer.

Va laver tes yeux avec du podingue, t’auras des corinthes à ton cul. Va laver tes yeux avec du podingue, t’auras des corinthes à ton cul.

13.
Les Macaronis / Donne un Zô - Manootche
1:32

Ah c’qu’ils sont bons quand ils sont cuits les macaronis,
Les macaronis, les macaronis,
Ah c’qu’ils sont bons quand ils sont cuits les macaronis,
Les macaronis quand ils sont cuits,

Ah c’qu’il est beau quand t’es au lit ton macaroni,
Ton macaroni, ton macaroni,
Ah c’qu’il est beau quand t’es au lit ton macaroni,
Ton macaroni, quand t’es au lit.

Donne un zô à ton oncle cô qui r’vient d’Islande,
De son wame t’auras un morceau s’il est bien tendre.
Donne un zô à ton oncle cô qui r’vient d’Islande,
De son wame t’auras un morceau s’il est bien tendre.

As-tu connu ma noot’che, ça c’est un beau p’tit coôtche,
Elle a cassé sa jambe de bois sur l’peristyle de Saint-Eloi.

14.
Qu'est ce qu'on chante en arrivant / La pinte / Figueman
5:13

Qu’est ce qu’on chante en arrivant,
Ici là n’dans, et arrivant,
Des chansons de masqueloure,
De toureloure, de picheloure.

Qu’est ce qui fait qu’on sue tout l’temps même quand I’ fait pas chaud,
Qu’est ce qui fait qu’j’ai un gros buc même si j’mange pas d’fayots,
Qu’est ce qui fait qu’on bave Su’l’oreiller même quand on dort,
Et quand on s’réveille on voit son foie qui est tout déyors,
La pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte,
La pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte.
Qu’est ce qui fait qu’ma femme elle fait la gueule quand euj’ l’embrasse
Et pourquoi tous les matins elle m’réveille à coups d’masse
Et qu’alors j’ai la tête qui résonne comme un tambour
C’est pas l’eau d’Vichy, j’crois plutôt qu’c’est la Kronenbourg
La pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte
La pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte, la pinte.

Quand la clique elle donne(ter),
Quand la clique elle donne(ter),
Ca résonne dans mon buc et puis dans tout mon corps,
J’ai mes boyaux qui s’nouent et j’vomis tout déyors,
J’trouve pus l’air d’mes poumons, j’suis moitié comme pas bien,
Mes jambes elles courent toutes seules, elles vont là d’où qu’ça vient,
Quand la clique elle donne(ter),
Quand la clique elle donne(ter),
Mon chapeau part à droite à gauche devant derrière,
Mes gants i’suent des gouttes eud’ ma peau à travers,
J’ai mon dos qui fait crac et mon pépin qui couine,
J’ai une haleine de traille, une langue comme une tartine.
Quand la clique elle donne(ter),
Quand la clique elle donne(ter).

Quand j’s’rai trop vieux, que j’pourrai p’us arquer,
Quand qu’j’rai p’us bons qu’à faire la bandes sû’l’côté,
Quand les masqueloures qui sont sans pitié,
D’un coup d’cul au fin fond de la bande m’enverront dinguer,
Avec un manche et un wamme,
Je f’rai figue , figue , figueman,
Pour avoir l’air moins con avec mon bâton,
J’emmerd’rai les côot’ches, j’leur f’rai sucer mon p’tit poisson,
Quand mon pagne i’s’ra plein d’copespèles,
Quand mon bât’che i’s’ra plein d’trous comme d’la dentelle,
Quand mes gants à force d’renverser l’whisky,
I’z’auront p’us d’doigt comme les mitaines à Stablinsky,
Avec un manche et un wamme,
Je f’rai figue , figue , figueman,
Pour avoir l’air moins con avec mon bâton,
J’emmerd’rai les côot’ches, j’leur f’rai sucer mon m’p’tit poisson,

C’est la bande de la citadelle,
On va rentrer complètement plein,
De chez Zizine à chez Borel,
On va chanter ce gai refrain,
Avant de fermer les paupières,
Viens donc boire une dernière bière
Si tu passe par la citadelle,
Le jour où la bande bat son plein,
Tu iras d’bistrots en chapelles,
Tu n’rentreras qu’au p’tit matin,
Avant de fermer les paupières,
Viens donc boire une dernière bière,
Puis tu t’arrêtras au Searnen’s,
Pour déjeuner d’un bet’che eud’pain,
Reprendre des forces pour Rosendaël,
On va rpéter un carnaval,
On vient pas pour faire des manière,
Alors met ton clet’che et viens boire un verre,
C’est la bande de la citadelle,
On va rentrer complètement plein,
De chez Zizine à chez Borel,
On va chanter ce gai refrain,
Avant de fermer les paupières,
Viens donc boire une dernière bière.

Als de groote klokke luyd, de klokke luyd,
De Reuze komt uyt,
Keere u e’s om, de Reuze, de Reuze,
Keere u e’s om Reuze kom,
Moeder onsteeckt’t beeste bier, ‘t beeste bier,
De reuze is hier,
Keere u e’s om, de Reuze, de Reuze
Keere u e’s om Reuze kom
Als den boer, zyn poeper opstak, zyn bellege kloenk
Zyn Zakje sproeng
Keere u e’s om, de Reuze, de Reuze
Keere u e’s om Reuze kom

Raymonde elle a un gros derrière,
Elle a aussi un sacré d’vant,
Tout l’monde i’ dit que c’est la bière,
Qu’elle était pas comme ça avant,
Dans l’temps c’était pas une belle fire,
On disait: « Tiens ! Bah v’là Raymonde »,
Asteur, avec c’quelle schnike c’est pire,
On dit: « Tiens v’là la grosse Raymonde »

Un coup qu’elle était criminelle, elle a été rouler son corps ;
Et c’était pas une n’tite gamelle, tout l’monde croyait qu’elle était mort.
On l’a porté à l’hôpital, y’avit Cô-Pinard en pompier,
Lui i’rev’nait du carnaval, il était encore instalé.

17.
Toutes les femmes i putent / Y a qu'les hommes qui sintent bon
1:34
18.
Ah Léon / La pêche à la morue / Marie Patate - Ma tante Charlotte
3:58

Ah si vous voulez d’l’amour, n’attendez pas un jour,
Prenez l’bonheur qui passe,
Profitez du moment,
Car voici le printemps,
Allons dépêchez-vous, ou ça n’s’ra pas pour vous! Vl’a tout!

Ah ah ah ah Léon il a dans son kanneçon un joli saucisson,
Ah ah ah ah Louise elle a dans sa chemise une jolie boîte à prise.

Ah c’qu’elle est courue la pêche la pêche,
Ah c’qu’elle est courue la pêche à la morue.
Ah c’qu’elle est courue la pêche la pêche,
Ah c’qu’elle est courue la pêche à la morue.

Qu’est-ce qui darre, c’est Jean Bart, parce qu’il a pas pu descendre pour pisser,
Qu’est-ce qui darre, c’est Jean Bart, parce qu’il a pas pu descendre pour pisser !

Mets ton beste clêt’che on va faire un beurt’che,
On ira aux claqu’, aux claqu’ aux claquebeusses,
Mets ton beste clêt’che on va faire un beurt’che,
On ira aux claqu’, aux claqu’ aux claquebeusses !

Ah c’qu’il a l’air bête celui-là, Ah c’qu’il a l’air bête,
Ah c’qu’il a l’air bête celui-là, Ah c’qu’il a l’air bête !

Marie Patate elle a son cul plein d’merde, c’est pas vrai elle l’a lavé,
Marie Patate elle a son cul plein d’merde, c’est pas vrai ! elle l’a lavé.

Si tu veux faire mon bonheur, Marguerite, Marguerite,
Si tu veux faire mon bonheur, Marguerite donne-moi ton cœur,
Marguerite a répondu, si t’es sage, si t’es sage,
Marguerite a répondu si t’es sage, t’auras mon cul.

Elle a de grosses tototes ma tant’ Charlotte,
Il a un gros cigare mon oncle Edouard,
Elle a de belles fesses ma tante Agnès,
Elle a de belles cuisses ma tante Alice.

Allons douc’ment, sans trop presser l’mouv’ment,
C’est palpitant et ça dure plus longtemps !

20.
Si tous les veintches mettaient les culottes des moudres
2:44

Si tous les veint’ches mettaient les culottes des moudres,
Y’en a qui auraient eul’ cul comme un dé à coudre,
Y’en a qui auraient la marque de l’élastique,
Et le nart’che pet’che en forme d’as de pique,
Si tous les moudres mettaient les broucks des veint’ches,
I’aurait du pisse et du kake jusqu’à leur keint’che,
Si tout le monde mettaient des têttecarioles,
On dirait qu’à Dunkerque i’sont dev’nus tioles !

Chantal t’as mis ton doigt dans mon trou d’balle,
Et ça m’fait mal et c’est normal,
Chantal t’as mis ton doigt dans mon trou d’balle,
Et ça m’fait mal et c’est normal,

 

VARIANTE

Chantal t’as mis ton doigt dans mon trou d’balle,
C’est pas normal, tu me dois cent balles.

Chantal t’as pris mon wiche pour c’lui d’un ch’val,
Ca t’a fait mal, aux amygdales. 

Les zins, les zins, les z’Indépendants,
Les zins zins zins,
Les dés dés dés,
Les pen pen pen,
Les dants dants dants,
Les z’Indépendants I’vous emmerdent depuis longtemps.

21.
Talire Taloure
1:20

À Dunkerque, quand vient le carnaval,
On est tous joyeux comme des cigales,
On se grime on s’met de la peinture, on s’en fout plein, plein la figur’,
On s’habille avec de vieux habits et on sort son grand parapluie.

Avec tout çà on est paré pour le Carnaval !

Et le boulot, ben on s’en fout pas mal.
On est heureux (eh ho !), on est heureux (eh ho !),
Avec les Dunkerquois au carnaval on est les rois,
On est heureux (eh ho !), on est heureux (eh ho !),
Avec les Dunkerquois, on s’ra toujours les rois !

23.
La Cabartière
1:21

DISPONIBLE SUR :

Partager via :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur linkedin
Partager sur email